to put skin in the game
s’impliquer personnellement en prenant une part du risque (financier ou autre)


L'expression « to put skin in the game » est fréquemment utilisée en anglais pour décrire le fait de « s'impliquer personnellement en prenant une part du risque » (en particulier financier).

Je fournis ci-dessous quelques exemples d'usage de cette expression et des liens vers les sites d'où les phrases en anglais ont été tirées.
La version française des exemples a été rédigée par votre serviteur, ce qui m'a donné l'occasion de proposer plusieurs variantes de traduction de « skin in the game » en français.

Notez que la traduction en français de cette expression ne se trouve dans aucun des dictionnaires bilingues que j'ai consultés, d'où l'intérêt de cet article :-)


Some experts think mortgage companies were sloppy in part because they didn't have any money at stake. In other words, they had no "skin in the game".
Certains experts pensent que les sociétés de crédit immobilier ont été négligentes en partie parce qu'elles n'avaient pas d'argent en jeu. En d'autres termes, elles ne risquaient pas leurs fonds propres.

Voir l'article complet (en anglais) :

>> Forcing Banks To Put More "Skin In The Game" (National Public Radio)


What is perhaps encouraging is that Branson himself will have a good deal of skin in the game... I am told he is putting more than £200m of his own cash into this deal.
Ce qui est peut-être encourageant, c'est que Branson lui-même prendra une grande part du risque... On me dit qu'il met plus de 200 millions de livres de sa fortune personnelle dans l'affaire.

Voir l'article complet (en anglais) :

>> Branson's big bet (BBC News)


Employees have skin in the game. The company deposits $1,000 each year into a "health reimbursement account", which workers can use to pay for care. The next $1,000 in expenses is the employee's responsibility. After that, employees pay 20% of costs up to a $4,000 maximum.
Les salariés prennent une partie des coûts à leur charge. L'entreprise verse 1000 dollars par an dans un « compte de remboursement santé », que les salariés peuvent utiliser pour payer les soins. La tranche suivante de 1000 dollars de dépenses est de la responsabilité du salarié. Après ça, les salariés paient 20% des frais jusqu'à un maximum de 4000 dollars.

Voir l'article complet (en anglais) :

>> Business will pay for government health care (The Wall Street Journal)


>> Retour en haut de la page


L'origine de l'expression « skin in the game » fait l'objet de plusieurs hypothèses, dont une analyse est fournie dans l'excellent article (en anglais) suivant :

>> Language: Who's got a skin in the game? (The New York Times)

On peut y lire d'une part que « skin » fait référence à la « peau » dans le même sens que l'on trouve dans l'expression « to save one's skin » (en français « sauver sa peau ») et, d'autre part, que « game » fait référence aux notions de « investment, commitment, gamble » (en français « investissement, engagement, pari »).

On y trouve une citation intéressante d'un article de The Oakland Tribune datant de 1912, qui montre que la fameuse expression ne concerne pas exclusivement le domaine financier (bien que ce soit dans ce domaine qu'elle est particulièrement utilisée de nos jours) :

She didn't play polo, though she seemed crazy for a chance. She was very insistent while the men refused to let her hazard her skin in the game, but when they finally consented she was attacked by what the vulgar call "cold feet" and reneged.
Elle ne jouait pas au polo mais elle semblait avoir follement envie d'essayer. Elle se montrait très insistante, tandis que les hommes refusaient de la laisser risquer sa peau dans le jeu, mais lorsqu'ils finirent par accepter, elle fut saisie de ce que l'on appelle vulgairement « la trouille » et elle renonça.

Cet article évoque également un jeu de cartes, le « skin game », et l'utilisation du mot « skin » pour désigner chacun des billets d'un dollar que l'on prenait aux « suckers » (en français les « pigeons », au sens figuré de « ceux qui se font avoir »).


Le verbe « to skin », qui signifie « dépecer », peut être utilisé au sens figuré en anglais pour traduire les verbes « arnaquer, plumer, rouler ».
D'ailleurs, l'expression « skin game » correspond également au mot français « arnaque ».

NB :

Dans le film « The Skin Game », réalisé par Alfred Hitchcock en 1931, dont le titre n'a pas été traduit en français, l'une des familles qui s'affrontent est dépouillée de ses terres par l'autre à la suite d'une forme d'arnaque.

Voir l'article de Wikipedia (en anglais) sur le sujet :

>> The Skin Game


>> Retour en haut de la page


Copyright © 2010-2014 Neil Minkley. Tous droits réservés. All rights reserved.