e-this, e-that
e-ceci, e-cela


En anglais, il existe de plus en plus de termes de type « e-something » (en français « e-quelque chose »), où « something » désigne en général une activité ou une fonction, le préfixe « e- » signifiant « electronic » (en français « électronique »).

Le tableau (probablement incomplet donc susceptible d'être enrichi...) ci-dessous donne pour chaque terme anglais la fonction à laquelle il est associé, ainsi que les équivalents principaux utilisés en français (ce sont souvent les termes anglais !).

Le tableau est suivi de quelques notes ; vous pouvez y accéder directement en cliquant/tapant sur le lien approprié ci-dessous :

>> Tableau

>> Remarques générales

>> Remarques à propos du terme « e-mail »

>> Origine du mot « spam »


>> Retour en haut de la page


English terms Fonctions Termes français
e-advert publicité (l'objet) e-publicité, e-pub
e-advertising publicité (l'activité) e-publicité, e-pub
e-auction vente aux enchères e-enchères
e-banking opérations bancaires e-banking
e-book livre électronique/numérique e-book, livrel (?)
e-business conduite des affaires ou entreprise e-business, cyberentreprise
e-campaign campagne (marketing ou électorale) e-campagne
e-card carte de voeux (ou autre) e-carte
e-cash paiement monnaie électronique
e-commerce commerce e-commerce
e-filing déclaration de revenus, dépôt de dossier e-déclaration
e-finance finance e-finance
e-health santé e-santé
e-healthcare santé (soins, services médicaux) e-santé
e-ink encre électronique e-ink
e-journal revue (scientifique, etc.) e-revue
e-learning apprentissage e-learning, e-apprentissage
e-library bibliothèque e-bibliothèque
e-magazine (e-zine) magazine e-magazine (e-zine)
e-mail, email courrier, messagerie e-mail, mail, courriel, mél
e-mailing, emailing diffusion par courrier e-mailing, emailing
e-marketing marketing e-marketing
e-meeting réunion e-réunion
e-merchandising merchandising, marchandisage e-merchandising
e-merchant vendeur e-marchand
e-newspaper journal e-journal
e-paper papier électronique e-paper, papiel (?)
e-patient santé e-patient
e-payment paiement e-paiement
e-procurement achats e-procurement
e-reader lecteur d'« e-books » (livres numériques) ou d'autres documents numériques, qui exploite généralement la technologie de l'encre électronique e-reader, liseuse (?)
e-retail (e-tail, e-tailing) vente au détail ?
e-retailer (e-tailer) détaillant e-détaillant
e-shop (GB) boutique e-boutique
e-shopping achat e-shopping
e-sourcing approvisionnement e-sourcing
e-store (US) boutique e-boutique
e-tail (e-tailing, e-retail) vente au détail ?
e-tailer (e-retailer) détaillant e-détaillant
e-ticket billetterie e-billet
e-ticketing billetterie e-billetterie
e-tourism tourisme e-tourisme
e-tour operator organisation de voyages e-voyagiste
e-training formation e-formation
e-work travail télétravail
e-worker travail télétravailleur, télétravailleuse
e-vendor vendeur e-marchand
e-zine magazine e-zine (e-magazine)


>> Retour au début du tableau

>> Retour en haut de la page


Dans la plupart des cas, le préfixe « e- » (pour « electronic ») indique que l'activité associée est conduite sur Internet, en tout cas qu'il s'agit d'une activité qui exploite la « technologie numérique » (en anglais « digital technology »).

On peut donc en général utiliser des variantes formées avec le préfixe « Internet » ou « web » ou bien « web-based » ou encore « online » (en français « en ligne »). De telles variantes existent aussi en français.
Par exemple :

e-marketing, Internet marketing, web marketing, web-based marketing, online marketing
e-marketing, marketing sur Internet, marketing sur le web, marketing en ligne, cybermarketing

Il y a cependant quatre termes dans le tableau ci-dessus, « e-book », « e-ink », « e-paper » et « e-reader », qui exploitent les technologies de l'encre électronique et du papier électronique et qui ne sont pas directement liées à Internet (sauf par exemple pour la mise à jour du contenu d'un « e-reader »).

Par ailleurs, avec le développement des téléphones mobiles intelligents (« smartphones »), certaines des activités mentionnées dans le tableau ci-dessus peuvent être personnalisées pour les mobiles et avoir une désignation commençant par le préfixe « m- », par exemple « m-commerce » (en français « m-commerce » !).


En anglais, il y a généralement au moins deux graphies pour un même terme de type « e-something », par exemple « e-business » et « eBusiness » ou « e-learning » et « eLearning ».
On trouve parfois une variante hybride (avec trait d'union et majuscule), par exemple « e-Marketing », « e-Sourcing ».

Si l'un de ces fameux termes est utilisé en début de phrase, il prend en principe une majuscule en anglais, par exemple :

L'e-publicité coûte beaucoup moins qu'une campagne publicitaire dans les médias traditionnels.
E-advertising costs much less than an advertising campaign in traditional media.

Le courrier électronique, c'est formidable, mais ça peut être excessivement chronophage !
E-mail is great but it can be overly time-consuming!

L'e-commerce n'est généralement pas la seule fonction pour laquelle les cyberentreprises utilisent la technologie web.
E-commerce is generally not the only function for which e-businesses use web technology.

NB : le pluriel de « e-business » au sens d'une « cyberentreprise » (entreprise qui pratique le « e-business ») est « e-businesses ».


Il ne faut pas confondre « e-pub » (en anglais « e-advertising » ou « e-advert ») avec « .epub » qui est l'un des formats standards pour les livres numériques.
Par exemple :

L'e-pub pour nos livres numériques au format « .epub » a eu beaucoup de succès. Il n'y a pas mieux que la publicité sur Internet pour ce type de produit.
The e-advert for our e-books in .epub format was very successful. E-advertising is second to none for this type of product.

Voir l'article suivant au sujet du format « .epub » :

>> International Digital Publishing Forum


Dans le contexte qui nous intéresse ici, le préfixe « e » (avec ou sans trait d'union) se prononce « i » en anglais comme en français, à ne pas confondre avec le préfixe « i » de « iPad, iPhone, iPod », qui se prononce «  ».


>> Retour au début du tableau

>> Retour en haut de la page


Dans le cas du courrier électronique, il y a au moins six termes équivalents : « e-mail, email, eMail, e-Mail, mail, message ».

Les termes « mail » et « message » ne peuvent être employés sans autre précision que si le contexte est clairement celui d'Internet.
Quant au mot « message », il ne peut désigner que l'objet véhiculé par le « service de courrier électronique » (en anglais « electronic messaging service ») et non pas le service lui-même (comme en français d'ailleurs).
Par exemple :

Je vous enverrai un message par mail, et non pas par SMS.
I'll send you a message by e-mail, not by SMS.

NB :

1) L'abréviation « SMS » signifie « Short Message Service » en anglais, c'est-à-dire « Service de message court » en français.

2) Le mot familier « texto » se traduit en anglais par « text message », qui est souvent raccourci en « text », et « envoyer un texto » (pour « envoyer un SMS ») peut se traduire tout simplement par « to text » (pour « to send a text message »).
Par exemple :

Envoyez-moi un texto quand vous serez arrivé.
Send me a text when you've arrived.

Il est dangereux d'envoyer des textos alors qu'on est au volant.
...d'envoyer des textos en conduisant.
Texting behind the wheel is dangerous.
Texting while driving...


En français, on utilise assez peu le terme officiel « mél » pour « message électronique » ou « messagerie électronique » (« electronic messaging » en anglais), sauf peut-être dans l'administration. Personnellement, je trouve le terme « mél » horrible et je ne l'utilise jamais (sauf ici pour dire ce que j'avais à dire sur le sujet) !
En revanche, je trouve le terme québécois « courriel » plutôt joli et je l'utilise parfois...

L'Office québécois de la langue française est également à l'origine des mots « pourriel » et « polluriel » comme traductions du terme anglais « spam », qui est utilisé communément comme équivalent des expressions « junk mail, undesired mail, unsolicited mail » (en français « courriel-poubelle, courriel indésirable, courriel non sollicité »).
(Voir l'explication de l'origine du mot « spam » vers la fin de cet article.)

En fait, le terme qui est maintenant le plus utilisé en français pour « e-mail » est tout simplement « mail » (sans aucune ambiguïté possible).


>> Retour au début du tableau

>> Retour en haut de la page


En anglais, le terme « e-mail » peut également être utilisé comme verbe : « to e-mail » ou, plus simple donc plus fréquent, « to email ».
Par exemple :

Envoyez-moi votre réponse par mail le plus tôt possible.
Email me your answer as soon as possible.
Email me your answer ASAP.

Envoyez-nous un mail à l'adresse suivante...
mail us at the following address...

Avez-vous lu le document que je vous ai envoyé par mail la semaine dernière ?
Have you read the document I emailed to you last week?
...I emailed you last week?

De plus, les termes « e-mail » ou « email » peuvent signifier « email address », de même que les équivalents français « e-mail » ou « mail », ainsi que l'affreux « mél », peuvent signifier « adresse mail ».
Par exemple :

Donnez-moi votre mail et je vous enverrai mes coordonnées détaillées.
Give me your e-mail and I'll send you my detailed contact information.

L'expression « You have mail » (ou, en moins formel, « You've got mail ») signifie « Vous avez du courrier » si c'est le facteur qui vous le dit ou « Vous avez du courrier électronique » si c'est l'ordinateur qui vous le signale :-)


NB :

1) Le « courrier postal » se traduit en anglais par « mail » ou plus familièrement par les expressions « plain old mail » (en français « simple service de courrier du bon vieux temps ») ou « snailmail » (en français « courrier-escargot »).

2) En anglais, le pluriel de « e-mail » et de « email » est « e-mails » et « emails ».

3) Le mot français « émail » (pluriel « émaux ») se traduit en anglais par « enamel » (pluriel « enamels ») !


>> Retour au début du tableau

>> Retour en haut de la page


Voici l'explication de l'origine du mot « spam » (en français « courriel-poubelle, courriel indésirable, courriel non sollicité, pourriel, polluriel ») :

Le mot « SPAM » est le nom commercial d'un pâté de viande épicée à base de jambon. « SPAM », qui est l'acronyme de « SPiced hAM » (en français « jambon épicé »), est une marque déposée américaine depuis 1937.
L'association du mot « spam » à la notion d'« indésirable » provient d'un sketch comique de la troupe anglaise Monty Python parodiant une publicité radiophonique pour le fameux « SPAM », pendant laquelle la marque était répétée de très nombreuses fois, ce qui en faisait un message publicitaire indésirable.

Voici des liens vers un article de Wikipedia sur le produit, vers le célèbre sketch et vers la chaîne web des Monty Python :

>> Spam (food)

>> Monty Python - Spam

>> The Monty Python Channel


>> Retour au début du tableau

>> Retour en haut de la page


Copyright © 2009-2014 Neil Minkley. Tous droits réservés. All rights reserved.


Vous pouvez lire ci-dessous les commentaires faits sur cet article.


14 mars 2009 13h08, par Luc Fayard
Le terme e-reader désigne plutôt, pour l’instant, le matériel permettant de lire sur un écran des livres électroniques, des e-books. Par exemple, le e-reader de Sony. Le terme encre électronique désigne plutôt l’affichage sur du papier électronique, e-paper, du type celui présenté par Les Echos.

14 mars 2009 17h42, par Neil Minkley
Bonjour Luc et merci pour votre commentaire.
En fait, dans le tableau des « e-this, e-that » ci-dessus, j’avais bien fait la distinction entre les termes « e-ink », « e-paper », « e-reader » et « e-book ».
Je reconnais cependant que la description que j’avais donnée pour « e-reader » pouvait laisser croire qu’un tel appareil exploite forcément la technologie de l’encre électronique, comme le font par exemple les e-readers de Sony, de Bookeen, d’Amazon, d’iRex Technologies ou encore de Ganaxa.
C’est pourquoi, afin de tenir compte de l’éventuelle existence d’« e-reader » dont l’affichage serait plus « classique » (c’est-à-dire qui n’utiliserait pas l’encre électronique), j’ai modifié la description de « e-reader » dans le tableau de cet article, comme suit :
>> e-reader : lecteur d’« e-books » (livres numériques) ou d'autres documents numériques, qui exploite généralement la technologie de l’encre électronique
Voilà !
Bien cordialement,
Neil


>> Retour au début des commentaires